Le lilas et l'orchidée

« Malgré le formidable progrès de la plus exacte des sciences, l’électronique, je garde la qu’au sein du Cosmos l’homme continuera de lutter, d’aimer, de souffrir. Une branche de lilas sera toujours nécessaire à l’être humain, même dans l’espace extra-terrestre. » L’auteur de ces lignes, Elvita Popova, une jeune membre des Jeunesses communistes, est sans doute moins connue que son compatriote, Youri Gagarine, qui, le 12 avril 1961, est devenu le premier humain à tourner autour de la Terre, à voir, depuis l’espace, notre bon vieux plancher des vaches ! Pour autant, au milieu des escarmouches épistolaires qui ont fait rage parmi les lecteurs de la Pravda quelques semaines avant le vol de Gagarine, cette jeune Soviétique a fermement rappelé que l’être humain, à quelque nation, culture, idéologie qu’il puisse appartenir, ne peut être réduit à ce que les sciences et les technologies lui permettent de faire. Aussi extraordinaire soit-il.

Nous qui avons la chance de travailler dans le domaine de l’air et de l’espace, d’imaginer et de construire des aéronefs de plus en plus performants, sûrs et confortables, de les piloter ou de les guider, de les entretenir ou de les vendre, nous savons combien il est important, pour l’avenir de nos métiers, de conserver toujours une place pour la « branche de lilas », j’entends pour la poésie et le rêve, pour l’humain. Autant que nos résultats techniques et économiques, c’est ce souci qui pourra assurer la relève à nos métiers en y attirant les jeunes talents, tellement variés, dont nos secteurs et plus largement nos sociétés ont besoin. D’où l’intérêt que je porte à une manifestation comme ce Salon que j’aime l’honneur et la chance d’accueillir au musée de l’air et de l’espace du Bourget et à laquelle je souhaite un franc succès.

Lorsque j’y ai pris mes fonctions de directrice, à l’automne dernier, l’une des toutes premières marques de sympathie qui m’a été faite est une magnifique orchidée. J’ai été très touchée par cette délicate marque d’attention. Et j’ai été rassurée : l’avenir de l’air et de l’espace sera toujours ouvert, tant que nous saurons y faire fleurir et y offrir le lilas et l’orchidée.

Catherine Maunoury.
 
< Précédent   Suivant >